Menu du Blog
ACTUS DU BLOG
L’histoire de Juul, de la gloire à...
231 vues 0 Aimé
Elle vient de sortir sur Netflix : il s’agit de la série Big Vape: The Rise and Fall of Juul, en français Big...
Lire la suite
Interdire les arômes augmenterait le tabagisme selon une étude

Interdire les arômes augmenterait le tabagisme selon une étude

789 Vues 0 Aimé 16/10/2023

Pour rendre la vape moins attractive auprès des adolescents, de plus en plus de pays limitent les arômes pour les e-liquides en interdisant toutes les saveurs sucrées et fruitées. Selon une étude américaine, interdire les arômes aurait un effet pervers puisque cela augmenterait le tabagisme.

Une étude fait le lien entre interdiction des arômes et augmentation du tabagisme

4 chercheurs et chercheuses de l’Université de Yale, de l’Université de Georgetown et de l’Université du Missouri se sont penché(e)s sur les effets de la restriction des arômes aux États-Unis. En effet, ce ne sont pas moins de 7 États ainsi de 375 localités qui ont mis en place l’interdiction de la vente de produits pour cigarettes électroniques aromatisés autres que ceux au goût de tabac.

Quel est l’impact du fait de passer de multiples arômes avec des goûts de fruits, de bonbons, de chewing-gums ou encore de boissons et de desserts a un arôme unique de tabac ? C’est l’objectif de cette étude intitulée “Les effets de la restriction des saveurs d’e-cigarette sur les ventes de tabac”. À noter que cette étude ne présente aucun conflit d’intérêt puisqu’elle n’a pas été financée par le secteur de la vape ou du tabac. Les fonds nécessaires à son financement ont été récoltés par des organismes comme le National Institutes of Health (NIH), le National Cancer Institute (NCI) et la Food and Drug Administration (FDA).

Limiter les arômes augmenterait la vente de cigarettes

Les résultats de l’étude montrent qu’en analysant la consommation de cigarettes et de produits pour cigarette électronique au sein de 44 États américains sur la période de janvier 2018 à mars 2023, les ventes de cigarettes auraient baissé de 30%, tandis que les ventes de produits pour la vape auraient augmenté de 465%.

Dans les États où l’interdiction des arômes est entrée en vigueur depuis plus d’un an, la tendance semble s’inverser. Ainsi, il est rapporté que pour chaque cartouche pod n’étant pas vendue, 13 cigarettes seraient vendues en plus. 71% de ces cigarettes sont les classiques au tabac non aromatisé, tandis que 29% d’entre elles sont des cigarettes au menthol.

Les adultes ne seraient pas les seuls à être concernés par ce retour au tabac. Les jeunes achèteraient également plus de cigarettes dès lors que les e-liquides aromatisés sont interdits. L’étude rapporte également que les lois restrictives sur les cigarettes électroniques augmenteraient le coût de ces dernières, les rendant ainsi moins abordables. De ce fait, les consommateurs se tourneraient vers le tabac.

L’étude en faveur des arômes pour la cigarette électronique

Les chercheurs et chercheuses à l’origine de l’étude évoquent le cas de la FDA qui a autorisé la vente de chewing-gum à la nicotine avec des saveurs fruitées et gourmandes afin de rendre cette solution de sevrage tabagique plus attractive. Ils estiment que les États devraient reconsidérer leur politique restrictive et autoriser davantage d’arômes pour la cigarette électronique. Afin d’éviter que les jeunes ne soient tentés par les saveurs fruitées et gourmandes des e-liquides, leur conseil est de restreindre les ventes à des lieux interdits aux moins de 18 ans.

La conclusion de l’étude est la suivante : “Dans cette étude, nous constatons que les politiques relatives aux arômes des cigarettes électroniques réduisent les ventes de produits aromatisés pour cigarette électronique comme prévu, mais augmentent également les ventes de cigarettes dans tous les groupes d'âge. Comme les cigarettes sont beaucoup plus mortelles que les cigarettes électroniques, le taux de substitution élevé estimé ici suggère que, en résumé, les avantages nets des politiques relatives aux arômes des cigarettes électroniques pour la santé de la population sont probablement faibles, voire négatifs.”

Continuer de vendre des e-liquides et arômes DIY aux goûts de fruits, de dessert et de bonbons serait donc la solution selon cette étude pour éviter que les fumeurs et fumeuses ne se remettent à fumer.

L’association #JeSuisVapoteur fait une campagne sur les dangers de l’interdiction des arômes dans la vape

#JeSuisVapoteur fait des clean tags

Les associations pour la vape se mobilisent pour la défense des arômes. C’est le cas de l’association #JeSuisVapoteur qui s’est lancée en septembre dernier dans une action frappante dans les rues de Paris. Afin d’alerter leurs concitoyens sur les atouts de la vape et le risque de retour vers le tabac si une interdiction des arômes venait à voir le jour, l’association s’est lancée dans la réalisation de messages originaux.

Pour créer leurs messages, pas de bombes de peinture ou d’autres techniques salissantes ! L’association #JeSuisVapoteur a employé la méthode du clean tag, aussi appelé tag propre, qui consiste à nettoyer le support voulu avec un jet d’eau à haute pression, envoyé sur un pochoir. Les motifs font ainsi apparaître la couleur d’origine du revêtement, tandis que le reste reste sale. Aucune dégradation au programme !

L’association #JeSuisVapoteur a visé des endroits clefs à Paris, notamment aux alentours du Sénat, de radios et du périphérique. On peut lire “Interdire les arômes = 1 million de fumeurs en +” ou encore “75000 mort du tabac par an / 0 mort de la vape”. Une action qui attirera peut-être l’œil des politiques !

Pour ce qui est de la France, rien ne nous permet de savoir pour le moment si la législation évoluera en défaveur ou non des arômes.

Publié dans: Actualités
Julien Corder
Ancien gros fumeur, j'ai réussi à arrêter le tabac grâce à la vape. Depuis, je suis devenu un passionné ! Je vapote aussi bien avec du matos expert qu'avec des petits kits compacts, faciles à transporter.

Laissez un commentaire

Connectez-vous pour poster des commentaires